Histoire du Quercy

Paléontologie, moyen-age, grottes, monuments et légendes, tout est à découvrir dans notre beau Quercy.


/images/emissions-image/Sylvie/chateau_de_lantis-1.jpg

SN - Le château de Lantis

A Dégagnac, dans le Lot et à deux pas de la vallée de la Dordogne, les propriétaires d'un terrain ont découvert un château sous la colline qu'ils ont achetée !

Françoise Barbier nous raconte cette incroyable histoire et nous ouvre les portes du château de Lantis qui renaît de ses cendres après 20 ans de restauration passionnée.

Le château propose aujourd'hui d'admirer des éléments architecturaux d'exception, tel que son célèbre dallage en étoile unique en Europe.

Le château abrite tout au long de l'année événements et expositions. Il peut également être le cadre de vos réceptions.

Passez vos vacances auprès du château, dans son gîte 3 épis situé dans l'ancien four à pain.

http://www.chateau-de-lantis.fr/

/images/emissions-image/Sylvie/garriotte.jpg

Un Brin d'Histoire - Gariottes et cazelles


Construire est en Quercy un jeu de grands Initiés et de simples paysans, maçons -bâtisseurs pleins d'expérience et riches du sens de l'observation des choses de la nature. Les Causses du Quercy, par les claps, esquilles de roche calcaire que font remonter labours à la charrue et jadis travaux du sol à l'araire, fournissent abondamment de quoi bâtir en pierres sèches. Art de bâtir sans ciment ni mortier, en n'utilisant que la force de gravité et les formes géométriques de la roche, les bâtis en pierres sèches marquent le paysage en Quercy, et ailleurs en pays méridionaux et méditerranéens, partout où la roche calcaire affleure.

En Quercy, querelle d'historiens et de linguistes, pouvant aller jusqu'à de fulminantes excommunications entre spécialistes, on hésite entre Cazellos et Gariôttos pour désigner ces vieilles cabanes en pierres sèches qui ne doivent rien aux Gaulois ni aux bergers mais tout aux paysans laboureurs, cultivateurs de céréales et de légumes secs ou de vignes et de vergers.

Attestées depuis des siècles les Cazelles /Gariottes ont eu maints usages divers jusqu'à celui de logis chauffés de cheminées! Mais à Montcuq, lieu d'Initiés, les gariottes prennent des fonctions autres, une certaine, proche du Thouron, lieu de rites shamaniques (cf l'émission sur le Thouron) en vient à signifier des choses secrètes, cachées depuis le commencement du Monde, symbolisant par sa structure et son orientation des concepts et une vision ésotérico-
mystiques du Monde et du Temps, certains philosophes diraient une Weltanschauung, ce qui ne serait pas rien en pays d'Oc que ce germanisme...

Une émission proposée par François Nardou

/images/emissions-image/Sylvie/vieux_chemin.jpg

Un Brin d'Histoire - Les vieux chemins du Quercy

Vielh coma un camy ( bièl cOUmo ûnn camy),Vieux comme un chemin, ainsi dit-on en tous les pays d'oc, où donc l'on chemine depuis toujours. Marcher c'est, selon le latin, aller sur un
itinéraire, ce qui fait de tout marcheur un initié. Un pays est autant que de territoires ou d'espaces, fait de chemins entre des lieux dont chacun est un centre ou un noeud comme par un filet à mailles en réseaux et le Quercy entre mille autres, est structuré par ses chemins.

En ce Pays de Càrci (son vrai nom en Oc) les chemins prennent des noms divers selon leurs utilisations, leurs tracés et selon les types d'espaces qu'ils traversent. Un camy n'est pas une Carriéro, un carriérou est autre chose qu'un coustalou, une calado est bien mieux qu'un carriéyrou pabat. Si un camy carrétal sert aux charrettes et chariots, un camy ferrat n'est pas une voie ferrée, et une estràdo est une voie romaine et pas un podium qui ici est devenu Pech. Et en plus parmi ces camys, certains ne relient que des lieux d'un Sacré plus vieux que l'Histoire écrite, Roc-Amadour en est un. Ici les Camys Roumiws ne mènent pas qu'à Rome mais aussi aux Sources Sacrées de ce pays vieux de plus de 40 000 ans...dix fois plus vieux que les Grandes Pyramides d'Egypte..

Une émission proposé par François Nardou.

/images/emissions-image/Regis/img_0209.jpg

🛤 Projet de jumelage inédit en Occitanie 🚃

Nous nous sommes rendu à la réunion publique présentant le projet de jumelage du

Musée des anciens ambulants de Toulouse et du

Musée ferroviaire de St Gery.

Un véritable train devrait donc être rapatrié de Toulouse à Cahors. La SNCF gare de Cahors réservant une voie 🛤 pour le future musée.

Le pdf du projet 👉 ici

Bonne écoute 🎧

/images/emissions-image/Sylvie/pessah-paques-.jpg

Un Brin d'Histoire - Pâques

Verdoyantes Pâques, Pâques de toujours.
Les Pâques chrétiennes en 2022 coïncident avec les judaïques, à un jour près. Pessah, milieu du mois lunaire de Nissan, ancien mois d'Aviv, le printemps. Pessah célèbre la nuit de pleine lune de l'Exode, libération hors d'Egypte du peuple hébreu.
En 2022 Pessah commençe, comme lors de la mort du Christ, le soir de notre Vendredi Saint 15 avril, pleine lune du mois de Nissan et début du Shabbath, pour durer jusqu'au soir de notre Samedi Saint (et toute la semaine suivante jusqu'à nos « Pasquéttos » occitanes).


En vieille Europe, les populations d'avant la christianisation du continent fêtaient vers l'équinoxe de printemps une déité de la nature en sa verte et jeune nouveauté. Par ses noms divers celle-ci était associée au printemps, à l'Est et aux lieux et temps des Origines,
ce qui rejoignait les sens et jeux de sens des mots hébreux désignant l'Orient et la Création du Monde.
En vieux Quercy-Blanc, ces concepts mythologiques se retrouvent conservés mais cachés dans des noms de lieux, des usages coutumiers, juridiques, disparus; des sculptures d'églises, des proverbes sur le temps qu'il fera et des usages saisonniers de printemps, vrais rites shamaniques de maîtrise de la nature.
Toute la symbolique de Pâques tend à faire de ce moment de l'année un temps sacré où se manifestent des pouvoirs sur la nature et à ses énergies auxquelles les vieux Carcinols communiaient par la fréquentation de sources saintes et qui jaillissent toujours, résurgences de l'eau qui coula du flanc transpercé du Christ mort sur la Croix.
Passé le tragique cérémonial des fêtes chrétiennes et leur liturgie de souffrance pénitentielle et de gloire triomphale, les Carcinols de jadis, reprenant des festivités romaines de la pleine lune de mars, aimaient se rafraîchir à l'ombre d'arbres verdoyants, aux bords de frais ruisseaux murmurants et limpides, et y savourer la coque de Pâques et le vin blanc liquoreux de leurs côteaux.

/images/emissions-image/Sylvie/image_ostara.jpg

Un Brin d'Histoire -Equinoxe Printemps

Par François Nardou

Quand Mars passant les jours s'égalent aux nuits, la nouvelle lumière s'épand sur la reverdissante nature et la ramure d'arbres en fleurs.
Dans toute l'Eurasie ancienne de la Méditerranée à la Chine du nord, l'explosion de la floraison
blanche des amandiers et abricotiers suggère à l'esprit l'entrée dans un éternel printemps du Monde.
Le vieux, très vieux Pays de Càrci, Quercy pour les non méridionaux, retrouve alors, Pâques
venant, son sens profond des traditions liturgiques, chrétiennes, de printemps.
Quercy-Blanc de lumière du Sud , Quercy des grands causses de Roc-Amadour, les hauts-lieux
pleins de sacralité marquent de leurs légendes des paysages d'avant l'Histoire.
Les Rocs, les vals, les sources, leurs saints patrons, recouvrent et recèlent une religiosité plus vieille que le christianisme et qui exprime les liens profonds d'un pays et de ses habitants.

/images/emissions-image/Sylvie/herboriste-ps.png

Un Brin d'Histoire - Herboristerie traditionnelle

Par François Nardou -

Quand revient le doux temps de mars, sec et soleilleux, l'Erbolayre, herboriste d' Oc, ou le simple cueilleur de plantes à tisanes se sent pris par le besoin de cueillir ses herbes et ses fleurs pleines des sucs du nouveau printemps. C'est alors la saison des violettes, pulmonaires, primevères et d'autres aux noms divers.


Héritiers des traditions venues de l'Antiquité, des médecins grecs, romains et des druides gaulois, les cueilleurs de simples (utilisées seules, non mélangées) s'en vont par les combes, les vallons et les causses. Tous savent distinguer les toxiques redoutables des bonnes herbes à tous maux, ceux de l'hiver surtout.


Le Vieux Quercy connaissait ainsi environ cinquante plantes dont les vertus couvraient les besoins généraux de la pharmacopée familiale. Certains guérisseurs usaient aussi, savoir ancien et mystérieux, de plantes toxiques à des fins médicinales, ce qui n'a rien d'étonnant en une contrée où consommer des toxiques cuisinées comme des asperges en cures de printemps, fait partie des traditions.


On est là devant un trésor de savoirs empiriques dont les origines révèlent la connaissance des
ressources de la nature par les habitants d'un vieux pays.

/images/emissions-image/Sylvie/carnaval.jpg

Un Brin d'Histoire - Carnaval

Par François Nardou

Carnaval, que de problèmes pour une fête mais quelle fête ?

Le nom, ses origines possibles, les significations qu'on lui prête ! Les sens, le pourquoi, le comment et les manières de se livrer à ces mascarades qui ne sont pas qu'un simple moment dans le calendrier...
L'inversion, la destruction de l'ordre social, bientôt rétabli, se double d'un transfert sur la figure du
Roi de Carnaval des pulsions du subconscient populaire.
C'est toute une communauté qui se délite et se reconstitue par le jugement, la condamnation et
l'exécution du roi de la fête...
En Quercy-Blanc, Carnaval avait une fonction particulière, celle d'un jour de préparation à un
changement dans le temps calendaire, Carnaval préludant au Mercredi des Cendres, entrée en
Carême et Pénitence. Carnaval était un jour de gros repas de viandes mais de volailles, lors de
repas dans lequel manger le coq ou la poule grasse était plus qu'un plat de fête, un rite de fécondité
et d'abondance..
Comme toujours en Quercy, pays de haute liesse et de franches lippées, pas de fête sans mangeaille !

/images/emissions-image/Frederique/gabaudet.jpg

Mémorial de Gabaudet

Retracer et illustrer les événements survenus durant la Seconde Guerre mondiale dans l’est du Quercy, garder trace de souvenirs qui s’étiolent, permettre aux derniers témoins et à leurs descendants de transmettre leur mémoire familiale liée à la période, tels sont les objectifs de l’opération de collecte lancée depuis la fin du mois de novembre auprès des habitants du Grand-Figeac. Photographies, manuscrits, journaux, enregistrements sonores..., à ce jour, environ
1300 documents ont été collectés auprès de 70 contributeurs dans le cadre des journées de collecte organisées dans six communes du Grand-Figeac ou lors d’entretiens téléphoniques.
La collecte mémorielle sur le territoire du Grand-Figeac est également l’occasion de fixer des rendez-vous personnalisés, avec des témoins directs des événements, ne pouvant se déplacer aux permanences tenues par le service du patrimoine.
La collecte se poursuit en prenant contact avec le service patrimoine du Grand-Figeac au 05 65 50 05 40 et par mail à l’adresse

/images/emissions-image/Sylvie/la_chandeleur.jpg

Un Brin d'Histoire - La Chandeleur

Par François Nardou

Chandeleur, l'hiver qui passe ou reprend vigueur.

L'occitan plus pragmatiste affirme que « Quàn nôstra dômna la Candelheyra se solelha, mentre quarante jorns crama la seua lenha » ce qui doit se prononcer : »Kànn nôstro dônno la Candélyéyro se soulélyo, méntré karànto tsours cràmo la séwo lényo »

Autrement dit: « Beau temps chaud pour la Chandeleur nous vaut 40 jours d'hiver de plus. » Ces exercices langagiers sont nécessaires à qui veut pénétrer les secrets mystères des rites de février.

Les pays d'Oc, le Quercy (Càrci en oc) ont toujours senti que février les introduisait en un temps critique de l'année et qu'il convenait de s'en prémunir par des pratiques de liturgie chrétienne et familiale à la fois, mettant en valeur le rôle de la mère de famille comme protectrice de l'Oustal, la Maison-Famille.

C'est le temps des liturgies funéraires de février, réminiscences ou survivances en pays de Lauzerte et Montcuq des rites romains antiques ici étrangement perpétués.

Caresme et Carnaval, Mardi-Gras et Mercredi des Cendres. Gros repas et abstinences, crêpes et pescatsous, mourtayrols et coques, sont autant de façon d'affronter, sous l'égide de l'église et des confréries paroissiales, la fin de l'hiver et le passage vers le « bel témps dé Pascour », beau temps de Pâques et le renouveau de la nature au printemps.


Ministere_de_la_culture
grand-figeac
cahors
radio-arra_fr
occitanie
cnra
figeac
grand-cahors

Hébergement : Infomaniak
Direction de publication : J.-F. Chaval

site : Barthelemy